Bandeau inférieur

Groupes programmatiques

Neuf Groupes Programmatiques thématiques, véritables organes fonctionnels de l'ANCRE, sont constitués pour conduire les réflexions et aboutir à des propositions concrètes en matière de programmes de R&D. Leurs travaux sont structurés autour des chaînes de valeur (matières premières, transformation primaire, vecteurs, distribution, stockage, utilisation, impacts) des thématiques suivantes :

Les Groupes Programmatiques ont pour objectif d'identifier les verrous scientifiques ou technologiques et les axes de R&D qui permettront de les lever. Ils sont composés d'un animateur et d'un animateur adjoint ainsi que d'experts désignés par les membres fondateurs, les membres associés et les pôles de compétitivité.

Les livrables des Groupes Programmatiques sont les suivants :
- cartographie et segmentation des domaines couverts, identification des forces de R&D en présence sur chacun des segments ;
- identification des verrous scientifiques, technologiques, industriels, sociétaux, environnementaux et économiques, qui limitent à la fois le déploiement de solutions "durables" en matière énergétique, l'émergence de champions industriels et notre indépendance énergétique, et propositions d’axes de R&D ;
- Propositions de programmes allant de la recherche fondamentale jusqu'au démonstrateur.

Un Groupe Programmatique transversal, intitulé "Prospective énergétique globale" (GP9), a pour rôle de consolider les résultats des travaux des autres Groupes Programmatiques thématiques en s'appuyant sur des analyses de prospective. Il anime les échanges avec les équipes de sciences humaines et sociales ainsi que l’approche « formation » au sein des groupes. Il rend ses conclusions sous la forme de rapports de synthèse.

Le GP9 a ainsi mis en ligne ses travaux :
- Outre le scénario tendanciel ("business as usual"), 3 scénarios possibles d’évolution du système énergétique pour la France à l’horizon 2050 ont été envisagés.
- Ces trois trajectoires correspondent à des choix contrastés en termes de comportements d’usage, de développement technologique et d’infrastructure et de substitution vers les énergies bas-carbone.
- Elles visent toutes à l’atteinte du « facteur 4 » (division par 4 au moins des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’énergie) et à une diminution de la part du nucléaire dans le mix électrique (vers 50 % à l’horizon 2025 et au-delà).

> Les Scénarios énergétique de l'Ancre (Janvier 2014)

> Les colloques des Groupes Programmatiques