5ème assemblée générale de l’Alliance ANCRE

by Ancre_Admin

5ème assemblée générale de l’Alliance ANCRE

by Ancre_Admin

by Ancre_Admin

Madame Fioraso, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, invite l’Alliance à participer pleinement au débat sur la transition énergétique

Paris le 16 juillet 2012

La 5ème assemblée générale de l’Alliance Nationale pour la Coordination de la Recherche sur l’Énergie, ANCRE, s’est réunie à Paris le 12 juillet en présence de la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Madame Geneviève FIORASO.
Réunie sous la Présidence de Bernard Bigot, Administrateur Général du CEA, à qui a été confiée pour deux ans la présidence de l’Alliance, elle a rassemblé les représentants des 4 -membres fondateurs, IFPEN, le CNRS, la Conférence des Présidents d’Université et le CEA, ainsi que les 15 autres membres associés : ANDRA, BRGM, CDEFI, CIRAD, CSTB, IFREMER, IFSTTAR, INERIS, INRA, INRIA, IRD, IRSN, IRSTEA, LNE et ONERA. Elle a également rassemblé les représentants de ses tutelles ministérielles, des Pôles de Compétitivité partenaires de l’ANCRE, ainsi que les agences de financement de la recherche sur l’Énergie, chacune dans leur domaine, à savoir l’ANR en la personne de sa Directrice Générale, Madame Pascale Briand, et l’ADEME, en la personne de son Président, François Loos. Olivier Appert, Président d’IFPEN, Alain Fuchs, Président du CNRS et Jean-Pierre Finance, membre et ancien président de la CPU étaient présents pour représenter, avec Bernard Bigot, les organismes fondateurs. On notait également la présence de M. Jean-Yves Perrot, PDG de l’IFREMER, Christian Lerminiaux, Président de la CDEFI, Jean-Marc Bournigal, Président de l’IRSTEA, ainsi que celle de Pierre-Marie Abadie, Directeur de l’Énergie au ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Lors de son intervention, la Ministre a félicité l’Alliance pour sa réactivité et son bilan, qu’elle a illustré au travers de ses relations avec les agences, sa contribution à la Commission Énergie 2050, la labellisation de son CVT (Consortium de valorisation thématique), ses contributions aux fiches filières de l’ADEME et ses rapports sur des sujets d’actualité. Elle a proposé une approche nouvelle vis-à-vis des Alliances, basée sur un dialogue et un programme de travail régulier. Concernant le débat pour préparer la transition énergétique, elle a souhaité que l’alliance ANCRE « participe pleinement et de manière visible à ces réflexions, et apporte des contributions de fond à ces objectifs qui engageront durablement notre pays.»

Le Président de l’ANCRE a rappelé les missions de l’Alliance, consistant à favoriser les synergies et renforcer les collaborations entre ses membres et à insuffler de nouveaux programmes en coopération s’appuyant sur leurs compétences respectives. Bernard Bigot a présenté un bilan synthétique des activités de l’Alliance, ainsi que de nouvelles propositions de recherche, issues de ses différents groupes programmatiques, destinées à mieux préparer l’avenir. Il a souligné le souhait de l’Alliance, qui s’appuie sur les meilleurs experts « recherche » du pays, de contribuer plus activement à la définition de la stratégie nationale de recherche et d’être associé étroitement au débat national sur l’énergie qui va être lancé. Il a aussi rappelé l’intérêt d’une concertation en profondeur avec les agences de financements ANR et ADEME.

La Directrice Générale de l’ANR a rappelé que l’ANR se voulait acteur du décloisonnement, de la coopération et du dialogue, à l’écoute de la communauté scientifique. Elle avait pour interlocuteur privilégié les Alliances dont les réflexions transcendent les structures et contribuent au travail d’identification d’orientations prioritaires en matière de recherche. A ce titre, l’ANR avait tenu compte des propositions de l’Alliance dans les inflexions de sa programmation 2013, ceci dans un contexte budgétaire contraint.

Dans ses messages destinés à la communauté scientifique, le Président de l’ADEME a insisté sur le fait que soient prises en compte dans la vision des chercheurs à 2030-2050, non seulement les dimensions physique et technique, mais aussi technico-économique, réglementaire et d’acceptabilité sociétale.

Après une présentation du nouveau CVT de l’ANCRE, les présentations scientifiques et techniques des équipes programmatiques ont porté sur :

  • le programme « réseaux et stockages », appelé à se développer de manière conséquente ;
  • les programmes solaires photovoltaïque, thermique basse température et thermique concentré ;
  • l’étude des possibilités d’utiliser la chaleur de refroidissement des centrales nucléaires pour le chauffage urbain, à l’instar de ce qui est engagé en Scandinavie ;
  • le programme de recherche relatif aux ressources des roches-mères.

Créée le 17 juillet 2009 à la demande du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et de la Secrétaire d’État à l’Écologie, l’ANCRE (Alliance Nationale de Coordination de la Recherche pour l’Énergie) a pour mission de renforcer l’efficacité de la recherche française dans le domaine de l’énergie en favorisant les partenariats et les synergies entre les acteurs publics et privés du secteur (organismes de recherche, universités et entreprises). L’ANCRE doit proposer, dans le cadre de la stratégie nationale en matière d’énergie et en liaison avec les feuilles de route stratégiques élaborées sous la responsabilité de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), une politique coordonnée des projets de recherche et d’innovation (R&I). Au-delà de ses quatre membres fondateurs, le CEA, le CNRS, IFPEN et la CPU, l’ANCRE réunit l’ensemble des organismes de recherche publics français concernés par les problématiques de l’énergie : ANDRA, BRGM, CDEFI, CIRAD, CSTB, IFREMER, IFSTTAR, INERIS, INRA, INRIA, IRD, IRSN, IRSTEA, LNE, ONERA.
Pour garantir la finalité industrielle de ses travaux, l’ANCRE associe également les industriels du secteur à ses réflexions et actions.

Contact presse : Patrick Cappe de Baillon

Tél. : 01 64 50 16 49 – patrick.cappedebaillon@cea.fr

Top