Février 2013

Optimisation énergétique des sites industriels (Optisite)

Février 2013

Optimisation énergétique des sites industriels (Optisite)

by Ancre_Admin
GP8 – Industries et agriculture - photo of grain elevators in meadow at sunset

Responsable : Marie-Françoise CHABRELIE, IFPEN
Validépar : le ComCord du 20 février 2013
Comité de projet composé de :
– IFPEN : Laurent FORTI animateur du GP8 « Industries et Agriculture»
– CNRS : Jean-Michel MOST animateur du GP8 « Industries et Agriculture»
– INPL-ENSEM : Alain Degiovanni
– CPU Université de Lorraine : Michel FEIDT
– IFPEN : Florent Guillou 
– Les représentants  des membres fondateurs au bureau opérationnel du 
CVT ANCRE.

Réalisation : Marie-Françoise Chabrelie (IFPEN), Mylène Tourigny (Groupe IFPEN), Karine Beauquin (IFPEN) ; Nicolas Des Courtils (IFPEN) ; Constancio Silva (IFPEN) ; Grégoire Michel (Avenium), Guillaume Ferré (Avenium) ; Charlotte de Lorgeril (Sia-Parners) ; Romain Bonnette (Sia-Partners) ; Mathieu Thiboust (Sia-Partners).

Cette étude stratégique a pour objectif de répondre aux besoins duGP8, dont les réflexions sont focalisées sur l’optimisation énergétique et environnementale des industries et des exploitations agricoles de l’échelle de l’installation jusqu’à celle du territoire. Les travaux menés ont pour but :

– d’établir un panorama des initiatives de synergies industrielles à l’international et d’évaluer les freins et les clés de succès dans leur mise en œuvre ;
– de recenser les principales  initiatives de synergies industrielles sur le territoire français, en ciblant plus particulièrement les synergies de substitution, et mieux comprendre les freins et les leviers d’actions ;
– d’apporter une vision d’ensemble des process des grandes filières industrielles et d’identifier leurs besoins en technologies innovantes afin d’améliorer l’efficacité énergétique de leurs installations et optimiser les flux d’énergie et de matières entre installations ;
– de caractériser les forces de R&D impliquées dans le domaine de la récupération et de la valorisation de l’énergie fatale au niveau français et international ;
– d’identifier les bonnes pratiques mises en œuvre à l’étranger dans le domaine de l’écologie industrielle (synergies, mutualisation, substitution,.) et voir quelle peut-être leur niveau de réplicabilité en France ;
– d’identifier les contraintes, règlementaires et autres, pouvant gêner les synergies industrielles ainsi que les pistes et organismes pouvant les réduire ou les lever ;
– d’avoir une vision d’ensemble des outils d’aide à la décision en écologie industrielle.


Détails de l’étude :

Cette phase a permis de faire un premier recensement des informations disponibles dans le périmètre de l’étude et de proposer les premiers éléments de synthèse sur :

– le contexte règlementaire (lutte contre le changement climatique, émissions de CO2..)
– un premier recensement des initiatives de synergies industrielles en France et à l’international, ciblant en particulier celles qui sont plutôt orientées vers les flux de matières, l’efficacité énergétique
– les principaux acteurs dans le domaine de l’écologie industrielle
des informations liées aux filières industrielles (process, consommation d’énergie)

Ce livrable a permis de servir de point de départ pour les phases suivantes, notamment pour mieux cerner le périmètre et identifier les points d’approfondissement à apporter dans l’analyse pour le GP8.
Présenté le 11 juillet 2013 lors d’une réunion qui réunissait le Comité de Pilotage et les rédacteurs de l’étude, et le Bureau Opérationnel CVT Ancre, ce livrable a permis d’établir les bases des phases suivantes et en particulier de préciser les cibles de l’étude en ce qui concerne les technologies.

L’analyse d’une dizaine de secteurs industriels a été menée (cimenterie, sidérurgie, papier-carton, conserveries, industrie du verre, data-centers,.) afin d’avoir un descriptif détaillé du fonctionnement de leur process, des contraintes et des problématiques rencontrées par les industriels de ces secteurs.

Des contacts ont ainsi été pris avec des industriels de taille et de secteurs diversifiés, ainsi qu’avec des organismes impliqués dans l’écologie industrielle. Un questionnaire a été préparé pour recueillir, notamment auprès des industriels, des informations complémentaires sur le fonctionnement (consommation énergétique, projets d’amélioration de l’efficacité énergétique de leurs installations) de leur process.

Une étude sur la récupération et la valorisation de l’énergie fatale a conjointement été menée par le cabinet de consultants Avenium.
Pour démarrer cette étude, plusieurs experts (représentants de la CPU, IRSTEA, CNRS, IFPEN) ont été sollicités pour identifier des dispositifs technologiques d’intérêt et appuyer le cabinet de Consultant Avenium sur la cartographie des technologies et des compétences dans le domaine de la récupération et la valorisation de l’énergie fatale.

L’analyse brevets et publications portait sur une dizaine de segments technologiques et avait pour objectif de :
– montrer la dynamique de dépôts de brevets au  niveau international,
– comprendre le positionnement des acteurs, les collaborations (par les publications),
– identifier les technologies innovantes du domaine et les niches à potentiel de valorisation PI

Outre une analyse détaillée du fonctionnement d’une douzaine de parcs-éco-industriels (fiche détaillée par initiative) au niveau international, cette partie aussi tout particulièrement consisté à faire un état des lieux des initiatives d’écologie industrielle en France.

Le deuxième volet de cette partie avait pour objectif d’appréhender les méthodologies et les fonctionnalités des nombreux outils d’aide à la décision en écologie industrielle. L’étude de benchmark a été réalisée par le cabinet SIA-Partners.

Elle s’est articulée autour de 3 grands volets :
– l’analyse des démarches méthodologiques
– l’analyse comparée des outils d’écologie industrielle
– une synthèse qui porte sur l’évolution des besoins et de l’offre en outils dans le domaine de l’écologie industrielle

Un logigramme associé à une base de données a été joint à l’ensemble des livrables. Il permet d’identifier les outils et d’évaluer leurs fonctionnalités afin de voir dans quel cas, tel ou tel outil, est le mieux adapté pour répondre à la problématique.

Par une consolidation de l’ensemble des résultats de l’étude, cette phase avait pour objectif d’identifier des pistes prioritaires de valorisation à explorer par le GP8 et les actions à mener dans le futur en termes de :
– R&D (potentiel d’amélioration des technologies existantes, développement de nouveaux systèmes de récupération d’énergie,..) pour accompagner les industriels ;
– positionnement du GP8 et de l’Alliance dans les grands programmes d’investissements destinés à moderniser et à développer le tissu industriel français, en liaison avec les acteurs en présence (collectivités locales, industriels, PME.).


Etude disponible sous certaines conditions.

Pour tout renseignement, contactez le responsable de l’étude :

Nom / Prénom :

Société / organisme :

Votre email :

Votre message :

Top